S'inscrire

Recevez l'actu de la parapharmacie:

Abonnez-vous !

Devenez membre

ShareThis

La question de l'allaitement est forcément posée au moment des grossesses. Dans certaines sociétés occidentales, comme la Belgique et la France, le pourcentage de mamans osant se lancer dans l'allaitement naturel après la grossesse diminue très rapidement après les premières semaines suivant l'accouchement. En France, si 60% des femmes allaitent leur enfant à l'accouchement, ce pourcentage descend à 10% après quelques semaines alors que l'O.M.S. (Organisation Mondiale de  la Santé) recommande 6 mois d'allaitement exclusif au sein.

Question de culture ou de santé ?

En réalité, les études biologiques montrent que l'allaitement et sa durée sont bel et bien un enjeu primordial pour la santé et le bon développement psychologique et pathologique du nouveau-né puis du nourrisson. Les contre-indications à l'allaitement sont très rares (maladies spécifiques, tabagisme élevé, etc.) alors que ses bienfaits sont nombreux.

Il a ainsi été prouvé que l'allaitement :

- joue un grand rôle affectif dans la relation mère-enfant
- améliore la digestion du bébé par rapport à la digestion du lait de vache ou de soja utilisés lors de l'allaitement artificiel
- participe à diminuer les risques d'allergie
- transmet au bébé un grand nombre d'anticorps qui participent à lui construire un système immunitaire fort

En revanche, tordons tout de suite le cou à une vieille croyance populaire : l’allaitement n’a pas d’effet  contraceptif !  Lorsque votre médecin, après votre accouchement, vous prescrit une pilule contraceptive adaptée à l’allaitement, il faut bien la prendre !

De plus il présente un avantage financier indéniable (eh oui !) sachant que si tous les bébés du monde étaient allaités artificiellement pendant leur 6 premiers mois de vie, cela représenterait 104 millions de dollars ! (source : Maternage), l'allaitement nécessite beaucoup moins de matériel (biberon, chauffe-biberon, etc.) et peut se pratiquer aisément dans n'importe quelle situation.

Une pratique en baisse !

Cependant, les chiffres indiquent qu'en France, de moins en moins de mamans choisissent l'allaitement prolongé. Pourquoi ?
Il s'avère que l'allaitement naturel n'est pas de toute tranquillité et demande une certaine adaptation du corps de la maman. En effet, l'apparition de crevasses ou encore l'engorgement des seins peuvent rendre cette pratique douloureuse et tenter les mamans de se rabattre sur l'allaitement artificiel. Il s'agit souvent plus d'un apprentissage à acquérir que d'une « maladie » et de nombreuses crèmes aident à l'apaisement de la poitrine dans ces cas précis. La réticence des mamans à l'allaitement est également due à la difficulté à combiner cette pratique avec une activité professionnelle.

Pour pallier ces difficultés et encourager l'allaitement naturel, plusieurs accessoires ont créé pour rendre l'allaitement plus agréable.  Alors inversez la tendance et découvrez le tire-lait AVENT le plus évolué, imitant la technique naturelle de succion des bébés !

Cependant, mesdames, si vous n’arrivez pas à allaiter, ce n’est pas grave ! Ne vous en voulez pas ! Vous ne serez pas une mauvaise mère parce que vous n’avez pas allaité. Il existe de nombreux laits en poudre de qualité
L’essentiel reste que votre enfant soit nourri pour qu’il grandisse correctement !

En cas de doute, n’hésitez pas à en parler à votre médecin, votre pédiatre, votre sage-femme, à des associations comme SOS allaitement. Enfin, ne restez pas isolée, de nombreuses personnes peuvent vous aider à lever le moindre doute.

One apple a day keeps the doctor away !*

Publié par Nicolas My Client is Rich vendredi 10 septembre 2010 3 commentaires

Le saviez-vous ?

La pomme a une véritable histoire et a voyagé au travers des siècles et des régions. Aujourd'hui, on peut compter environ 6000 variétés de pommes dans le monde entier et on ne cesse de vanter ses mérites.
D'où vient donc tant de succès ?

Si Guillaume Tell a certainement un peu participé à faire parler de la pomme, c'est surtout grâce à son bon goût et ses qualités nutritives que la pomme a gagné ses gallons ! Fibres, vitamines, glucides, désaltérant, effet coupe faim, elle accumule les bons points.

Etudions cela de plus près :

- Les fibres
Au niveau des fibres, la pomme contient de la pectine, fibre soluble qui favorise le transit intestinal. Elle améliore ainsi la qualité de la flore intestinale, une grande aide donc, pour la digestion. La pomme contient également des fibres insolubles, notamment dans la peau, riche en cellulose, qui sont excellentes contre la constipation. Faites passer le message !

- Les vitamines
La première à nommer est certainement la vitamine C. La pomme contient 5 % de vitamine C, principalement contenue dans la peau. Cette vitamine est un antioxydant (qui permet de lutter contre le stress oxydatif !) qui stimule le système immunitaire de notre organisme. Ensuite il y a les vitamines B et P qui ont d'innombrables bienfaits variés, dans le maintien des cellules, la protection des tissus, etc.

- Les glucides
La pomme est riche non pas en graisse mais en glucose et fructoses que l'organisme va assimiler lentement ! Elle est donc idéale avant l'effort et recharge les batteries pendant.

- Hydratation
Vous attendiez les bienfaits après l'effort et bien les voilà : la pomme, contenant 85% d'eau, est un agent désaltérant et réhydratant efficace après l'effort et en tout temps d'ailleurs ! 


- Effet coupe faim
La pomme est également votre partenaire minceur ! Idéal en dessert ou aux heures de petits creux, la pomme vous permettra d'attendre patiemment l'heure du repas et donc de ne pas prendre de poids à force de grignotage.


Conclusion : la pomme est un fruit parfait à déguster à volonté ! Mais attention, pensez à ne pas la peler trop souvent si vous souhaitez un effet optimal sur votre santé !

*une pomme par jour vous maintient loin de votre médecin

Une ampoule

Publié par Nicolas My Client is Rich mercredi 8 septembre 2010 0 commentaires

Mon premier fait 365 jours, mon second pond des œufs et mon tout éclaire ?

Bravo, il s'agit bien des ampoules ! (c'était facile...) à la seule différence que les ampoules dont nous allons parler ici n'éclairent pas et font mal.

Les ampoules sont provoquées par un frottement répétitif sur une zone de votre peau. Elles apparaissent le plus souvent sur les pieds ou derrière les chevilles si vous êtes mal chaussé ou si vous avez fait une marche inhabituellement longue ! Il s'agit d'un décollement de la couche supérieure de l'épiderme, l'espace créé se remplit d'un liquide clair. La moindre pression sur ce liquide entraîne une douleur plus ou moins intense.


Si vous percez l'ampoule, et que le liquide sort, la douleur s'atténuera à peine. Il vaut donc mieux ne pas la percer. En effet, le liquide de l’ampoule est stérile et tant que la peau est entière, le risque d’infection est quasiment nul.

Si l’ampoule est déjà percée, pas la peine d'essayer de recoller votre peau ! Elle est morte définitivement et tombera dans les jours qui suivront la formation de l'ampoule.
L'ampoule, synonyme de cloque, n'est absolument pas dangereuse et entre dans la catégorie des petits bobos. Cependant une infection peut rendre les choses beaucoup plus compliquées, voilà pourquoi il faut prévenir les ampoules et les soigner correctement.


Comment l'éviter ?

Pour empêcher la formation des ampoules, la première étape consiste à bien choisir vos chaussures. Si vous sentez un point de compression dès l'essayage, méfiez-vous ou prenez une pointure au-dessus. Ensuite, il existe des pansements hydrocolloïdes ou des protections en gel de silicone pour éviter les frottements que vous pouvez utiliser aisément, par exemple avant de partir en randonnée ou avant de porter des chaussures que vous savez douloureuses (même si nous vous déconseillons de continuer à les porter !)

Pour soigner une ampoule, il faut éviter, dans la mesure du possible, de la percer (si elle est encore entière). Comme nous l’avons indiqué plus haut, le liquide transparent (ou lymphe) de l’ampoule est stérile. Il n’y a quasiment pas de risque d’infection tant que l’ampoule est entière. Nous vous conseillons donc de nettoyer délicatement avec de l’eau et du savon ou de désinfecter la zone. Ensuite, couvrez là avec un pansement hydrocolloïde. En quelques jours, votre ampoule devrait être guérie ! Les pansements hydrocolloïdes peuvent être mis dès les premiers signes de frottement, avant même que l’ampoule soit formée.

Et voilà, un bobo en moins, un tracas en moins !

Surveiller ses grains de beauté !

Publié par Nicolas My Client is Rich lundi 6 septembre 2010 1 commentaires

Comme son nom l'indique le grain de beauté est supposé être un signe de beauté.

Le grain de beauté fut, pendant de nombreuses années, mis à l'honneur surtout s'il était placé sur un coin de la bouche comme chez les célèbres Cindy Crawford, Hélène de Fougerolles, Marylin Monroe ou encore sur le menton comme Sarah Jessica Parker.


Pas si loin de la « mouche » du XVIIIè siècle, il était encore en vogue il n'y a pas si longtemps de se dessiner un grain de beauté au crayon noir, légèrement au-dessus de la lèvre supérieure pour se donner un effet chic et glamour. 
Cependant, si son grain de beauté a servi la carrière de Cindy Crawford en la démarquant des autres top modèles, Sarah Jessica Parker, quand à elle, a préféré s'en débarrasser !


Le grain de beauté ne serait-il plus un vrai signe de beauté ?

A en croire toutes les discussions que l'on trouve sur les forums, les filles particulièrement sont en guerre contre leurs grains de « mocheté » comme elles l'appellent parfois, car il est effectivement rare d'avoir un grain de beauté unique et miraculeusement bien placé à l'endroit stratégique où il prend tout son intérêt esthétique. On parle également de plus en plus des risques cancérigènes de ces grains de beauté qui peuvent en réalité être des mélanomes. Les grains de beauté inquiètent donc !


Qu'en est-il d'un point de vue plus médical qu'esthétique ?

Il existe environ 5 sortes de grains de beauté. Dans tous les cas, il est constitué de cellules mélanocytaires : celles-ci sont les cellules activant le bronzage de la peau. Il en existe de différentes formes et avec certaines variations de couleurs.

Ils apparaissent entre 6 mois et un an après la naissance puis tout au long de l'enfance et de l'adolescence. Les expositions au soleil favorisent leur apparition et leur risque dégénératif en mélanome, d'où l'importance de se protéger du soleil. On parle des risques de dégénérescence d'un grain de beauté, après avoir été arraché ou gratté, des différentes formes plus ou moins suspectes et beaucoup s'inquiètent en continu de chacun de leur grain de beauté.


Le risque ?

La confusion entre grain de beauté et mélanome. Un mélanome est un cancer de la peau ou des muqueuses qui nécessite d'être traité médicalement le plus tôt possible.
Ce qui est important est de faire surveiller vos grains de beauté régulièrement par un dermatologue. En fait, seul un spécialiste va être habilité à détecter les grains de beauté suspects et savoir lesquels enlever, ou non.

Se faire conseiller est toujours la meilleure méthode pour ne pas rentrer dans une psychose non justifiée, pensez-y et aimez vos grains de beauté !